Le long mtrage,"Augustine, fils de ses larmes", prsent Alger

Le long mtrage,"Augustine, fils de ses larmes", prsent Alger

   
"Augustine, fils de ses larmes", long mtrage de   l'Egyptien Samir Seif qui revient sur l'enfance et la jeunesse de Saint   Augustin (354-430) en qute de vrit et la recherche de soi, a t  prsent jeudi soir Alger, en avant premire devant un public nombreux et  recueilli.

Projet la salle Ibn Zeydoun de l'Office Riadh El Feth, le film, adapt  au cinma par Sameh Sami sur une histoire de Imad Dabbour, retrace  uniquement la partie de l'avant conversion au Christianisme de Saint  Augustin, o sa pense vacillait entre le monde extrieur et la spiritualit intrieure, travers une "raison tendue" en qute d'un  quilibre serein entre la "mmoire", "l'intelligence" et la "vrit" et qui   cherche une place un Dieu " la fois au-dessus des tres humains et au   plus profond d'eux-mmes". 
Durant 110 mn, la trame volue, Paris, d'abord, o "El Hadi", rendu par   Imad Benchenni, travaillant pour une chane de tlvision prive, est   instruit par son directeur pour la ralisation d'un documentaire-fiction   sur la vie de Saint Augustin qui le mnera Madaure (Mdaourouche) et   Thagaste (o il naquit) Souk Ahras, Carthage en Tunisie ainsi que Rome et   Milan en Italie, villes o a vcu celui qui allait devenir l'vque de Bone   (Annaba), et dans lesquelles le jeune cinaste va mener ses interviews,   avec un prtre, un historien-philosophe et un vque.

Dans une double temporalit, entre pass et prsent, le parallle est   judicieusement tabli entre "Agostine", interprt par le Tunisien Ahmed   Amin Ben Saad, et "El Hadi" -qui, pour les besoins de son sujet, ne   quittera jamais l'autobiographie de Saint Augustin "Confessions"-, tous   deux nourris par le sentiment omniprsent de bienveillance de leurs mres,   rendues respectivement par la tunisienne Aicha Ben Ahmed, parfaite   chrtienne, qui toute en larmes (d'o le titre du film), priait pour son   fils et la grande Bahia Rachedi, au sommet de son art. 
Dans un film gros budget, les compositions musicales poustouflantes de   l'Algrien Salim Dada, les dcors de haute facture du Tunisien Taoufik El   Bahi et les costumes empreints de crativit de sa compatriote Naama El   Jazi ont russi restituer l'environnement et les atmosphres de   l'histoire, renvoyant judicieusement les spectateurs l'poque du IV   sicle.
 En prsence du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi et des   reprsentants des corps diplomatiques accrdits en Algrie des pays   participant ce long mtrage,  le public a pris part ce "magnifique   voyage dans le temps", satisfait de voir "rtablie l'algrianit de Saint   Augustin", selon quelques opinions recueillies.  Produit en collaboration par "Light House Arab and World" (Liban-USA), le   Centre national du cinma et de l'image (CNCI) et  "CTV Production" de   Tunisie, ainsi que le Centre algrien de dveloppement du cinma (CADC).




Le samedi 30 septembre 2017  

Toute l'info

Actualit


Le JT en vido

GUIDE TV

Tout le guide