NATIONAL

Beldjoud: Les services de l’Intérieur s’attèlent à l’examen des projets gelés

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamal Beldjoud, a fait savoir que les services de son département s’attelaient actuellement à l’examen des projets gelés à travers toutes les wilayas du pays pour réévaluation et traitement.

Répondant à une question du député Hocine Hadjadji sur la réalisation du siège de la Sûreté a Hammam N’bail (Guelma), M. Beldjoud a fait savoir que les services de son département s’attelaient actuellement à l’examen des projets gelés à travers toutes les wilayas du pays pour réévaluation et traitement en fonction des moyens disponibles.

Il a indiqué que « la couverture sécuritaire de cette daïra est assurée par la Gendarmerie nationale », ajoutant qu’elle est la seule daïra ne disposant pas de siège de sûreté. Il a rappelé, par la même occasion, que Hammam N’bail avait bénéficié en 2015, dans une première étape, de l’inscription de l’opération d’examen et de réalisation du siège de la sûreté de daïra en plus de 20 logements de fonction pour une enveloppe estimée à l’époque à 18 millions da, mais « cette opération a été gelée ».

Interrogé par le député Ali Ben Sebgag (indépendants) sur la « révision » de la durée de service des agents de la sûreté nationale dans les wilayas du Sud ainsi que la révision de leur prime, M. Beldjoud a fait savoir que ce service « ne concerne pas une certaine catégorie de la Police mais les facteurs d’âge et de condition physique ainsi que les cas sociaux pourraient exemptés les éléments concernés de cet engagement, sachant que cette opération s’effectue selon des critères bien définis ».

A ce propos, il a rappelé les dispositions du décret exécutif n 10-322 (22 décembre 2010) portant statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques de la sûreté nationale, stipulant que « les agents de police doivent effectuer une période d’activité dans les wilayas du Sud … une période définie de 2 ans pour l’extrême Sud et 4 ans pour les autres wilayas du Sud ».

Concernant les avantages accordés aux éléments de la sûreté résidant dans le sud, M. Beldjoud a souligné qu’en plus de l’avantage d’ancienneté comptabilisé dans l’avancement d’échelon et de grade, un système d’indemnisation variant entre 10 et 40 % a été réservé au travail dans ces régions, entre autres avantages liés aux congés annuels, aux indemnités de loyer, à l’électricité et autres.

Dans ce contexte, les services du ministère de l’Intérieur ont procédé exceptionnellement, par le biais de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), à l’ouverture du recrutement en faveur des jeunes issus des régions sud du pays, ce qui permettra de renforcer « les effectifs de police dans ces wilayas, notamment après la création de dix nouvelles wilayas », ajoute le ministre.

A la question du député du Front el Moustaqbal, Abderrahmane Salhi concernant le lancement du projet de réalisation d’une unité de la protection civile dans la commune de Rouissat (W. Ouargla), le ministre de l’Intérieur a affirmé que les services de wilaya avaient proposé l’aménagement des locaux réalisés dans le cadre de l’emploi de jeunes, encore inexploités, en poste avancé de la protection civile.

Il a ajouté que les services du ministère « ont approuvé cette proposition et une commission technique a été dépêchée pour faire le constat de ces locaux et s’assurer de leur état ».

Lors de cette séance plénière de l’APN, présidée par le vice-président, Khelifa Benslimani, M. Beldjoud a souligné que des instructions ont également été données aux autorités locales dans ce sens pour « le réaménagement de ces locaux ».

En octobre 2021, « une enveloppe financière de 26 millions de dinars a été allouée aux travaux d’aménagement de ces locaux », a poursuivi le ministre, ajoutant que « l’opération en est actuellement à la phase des procédures administratives ».

Concernant la question du député Mohamed Hanouni (Front El Moustakbal) sur l’instruction émanant de la wilaya de Tamanrasset qui interdit tout achat, vente ou immatriculation de véhicules de 8 et 9 places, et toute l’ambigüité qui l’entoure, M. Beldjoud a affirmé que le Premier ministre « avait donné une instruction portant examen de toutes les interrogations et les questions relatives à ce sujet ainsi que la possibilité d’annuler ou de modifier l’instruction relative à l’interdiction d’importation, de vente ou d’immatriculation de ces véhicules à travers la formation d’un groupe de travail multisectoriel ».

L’application de l’instruction émanant des autorités supérieures du pays à ce propos est tributaire des conclusions de ce groupe de travail, a souligné le ministre.

A ce propos, le ministre a rappelé que dans le cadre de la préservation de la sécurité et de l’économie nationales, les autorités supérieures ont donné une instruction portant interdiction de toute importation, vente ou immatriculation de certaines catégories de véhicules utilisés par certains individus à des fins criminelles dans certaines wilayas du pays, notamment du Sud.

Répondant à une question du député Hocine Hadjadji sur le devenir des logements réalisés durant les années 1960 et 1970 à la commune de Hammam N’bail (Guelma), le ministre a fait savoir que les autorités locales avaient recensé et inspecté ces logements (60 logements) en 2012 où 19 habitants ont été relogés, ajoutant qu’il était impossible de prendre en charge le reste des habitants.

Le règlement de la situation de ces logements est prévu par la loi 08-15 (juillet 2008) portant règles de conformité et finalisation de leur réalisation étant donné que ces bâtisses « ont été réalisées sur des lots de terrain appartenant à l’Etat.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

three × 2 =

Bouton retour en haut de la page