NATIONAL

Boughali appelle au renforcement du rôle de l’élu local

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali a appelé mercredi à renforcer le rôle de l’élu local, désormais appelé à faire preuve de compétence dans la gestion pour contribuer au développement local.
Le président de la chambre basse du Parlement s’exprimait lors d’une allocution à l’occasion d’une journée parlementaire organisée par le groupe parlementaire du Mouvement de la société pour la paix (MSP), sous le thème « Code des collectivités locales: permettre aux élus de contribuer avec force au développement local ».
M.Boughali a mis l’accent, dans ce cadre, sur la nécessité de renforcer le rôle de l’élu local au titre d’un effort collectif commun, auquel l’élu contribue avec sa conscience, sa présence active, tout en faisant montre de compétence dans la gestion.
Relevant l’urgence de lancer des réformes par le pouvoir législatif pour pouvoir concrétiser le développement local, une mission dévolue essentiellement à l’élu local, M. Boughali a estimé que la commune est la cellule de base dans la construction de l’Etat et la pierre angulaire dans l’édification nationale et la concrétisation du ddéveloppement.
Le président de l’APN a également insisté sur l’amendement des lois sur la commune et la wilaya suivant une approche objective reposant sur une conception scientifique qui prenne en ligne de compte l’évolution de la loi qui prévoit la gestion des affaires locales, tout en conférant davantage de transparence à la gestion du denier public.
Il a, en outre, souligné l’importance d’assurer un élément humain qualifié, en vue d’opérer le développement escompté et de choisir des représentants qui réunissent les conditions de probité, de droiture et de formation.

Rappelant, dans le même cadre, l’importance de tirer profit des anciennes expériences dans la gestion des affaires locales, en vue de construire une nouvelle conception globale de la gouvernance locale qui consolide la puissance de l’Etat et raffermit ses bases, M. Boughali a assuré que « la démocratie participative ne saurait voir le jour en l’absence de l’Etat de droit, d’institutions fortes et d’une société civile consciente.

A ce titre, M. Boughali a indiqué que l’Algérie avançait résolument vers le renouveau national, dont les contours ont été fixés par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, afin d’aller de l’avant dans le processus des réformes suivant une approche globale et intégrée dans le cadre d’une stratégie clairvoyante visant à bâtir une Algérie nouvelle et à conférer une légitimité aux institutions pour rétablir la confiance perdue.

De son côté, le chef du Groupe parlementaire du MSP, Ahmed Sadouk a indiqué que « le développement national durable ne saurait être réalisé sans un développement local équilibré qui prend en compte les dimensions spécifiques du territoire et les aspirations des citoyens, en confiant à l’administration locale et à ses organes élus la gestion des affaires locales et la protection des prérogatives ».
Il a en outre souligné la nécessité de « valoriser les ressources humaines qualifiées et de mettre en œuvre les projets, afin de réaliser les objectifs prioritaires au bénéfice de la population, tout en libérant les initiatives visant à relancer l’investissement local et à permettre une réelle autonomisation des élus pour qu’ils assument la responsabilité devant leurs électeurs, à travers la révision du code communal et de la wilaya ».

Le même responsable a mis l’accent sur « le renforcement de la gouvernance et des systèmes d’administration financiers, l’élargissement des prérogatives des élus et l’élaboration des législations et leur protection juridique, ainsi que la modernisation et la numérisation de l’administration locale, la libération de l’initiative et la réalisation des projets et des investissements, afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population ».

La rencontre était l’occasion pour mettre l’accent sur la nécessité de garantir une autonomisation pour les élus en matière de gestion des affaires des assemblées locales, à travers l’élargissement de leurs prérogatives et leur implication dans la réalisation d’un véritable développement, tout en renforçant la formation pour améliorer les performances, avec la sélection des compétences pour gérer les affaires locales et réviser le code des collectivités locales dans le but de parvenir à une bonne gouvernance dans la gestion.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

four × five =

Bouton retour en haut de la page