NATIONAL

Durcissement des peines contre les principaux accusés dans l’affaire Tliba

Le parquet général près la cour d’Alger a requis dimanche le durcissement des peines contre les principaux accusés dans l’affaire de l’ancien député Baha Eddine Tliba, condamné à huit (8) de prison ferme et à une amende de 8 millions de DA pour infraction à la réglementation de change et des mouvements des capitaux de et vers l’étranger.

Le procès en appel s’est poursuivi par l’audition de l’ancien membre de l’Assemblée populaire nationale (APN), Baha Eddine Tliba, qui s’est défendu d’avoir bénéficié d’une quelconque somme d’argent de la part du groupe qui a tenté de faire pression sur lui, précisant que, durant son mandat de parlementaire, il n’a pas cherché à « acheter » sa candidature sur les listes électorales du parti du Front de libération nationale (FLN).

Il a ajouté que, dès qu’il a reçu une offre de 7 milliards de centimes du dénommé El Ouafi Ould Abbès (fils de l’ancien ministre Djamel Ould Abbès), il a contacté les services de sécurité compétents pour signaler cette importante offre financière.

De son côté, l’accusé Bouchnak Khelladi Abdallah, condamné pour abus de pouvoir et obtention d’indus avantages, a indiqué avoir travaillé au sein de la cellule d’information du parti du FLN dans le cadre des préparatifs des élections législatives de 2017. Il a affirmé avoir accepté l’invitation du Secrétaire général de l’époque, Djamel Ould Abbes pour travailler en tant que « bénévole » et non en tant que « responsable chargé d’une mission spéciale ».Il a reconnu que, de par son poste, il recevait plusieurs communications, dont celle d’El Wafi Ould Abbes pour l’inscription de certains noms sur les listes électorales.

Bouchnak a nié avoir bénéficié d’un logement privé à la résidence Essahel du Club des Pins, précisant en avoir bénéficié pour une durée d’un mois seulement.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

6 + sept =

Bouton retour en haut de la page