SANTE/TECHNOLOGIE

Le ministère de la Santé aspire à la mise en place des centres de recherche clinique

Le ministre de la Santé, M. Abderrahmane Benbouzid a déclaré, samedi à Alger, que son département aspirait à mettre en place des Centres de recherche clinique, et ce avec des partenariats qui seront conclus entre les hôpitaux et les centres de recherches nationaux et internationaux.

« Nous aspirons à la mise en place de Centres de recherche clinique avec un partenariat entre les hôpitaux et les centres de recherche nationaux et internationaux, qui constitueront l’interface entre les services cliniques des hôpitaux et les laboratoires de recherche mis en place par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique », a souligné M. Benbouzid, lors de l’ouverture du séminaire sur l’éthique et la recherche clinique organisé par le ministère de la Santé le 26 et 27 mars à Alger.

Ces centres, précise le ministre de la Santé, réunissent « les compétences pluridisciplinaires au sein d’un même site », et peuvent s’appuyer sur « l’expertise scientifique et technique des laboratoires de recherche et l’expertise du centre hospitalier », a-t-il ajouté, précisant que cela représentera un facteur « déterminant » pour le développement d’une recherche de « qualité » en Algérie.

Le ministre a noté également que la recherche clinique « constituait une des missions essentielles » du secteur de la santé, ajoutant que son département « agit pour que toutes les dimensions de la recherche interagissent entres elles et s’inscrivent dans la continuité », car la recherche clinique permet de faire bénéficier les malades des avancées de la recherche fondamentale », a-t-il expliqué.

Pour cette rencontre « importante », M. Benbouzid estime qu’elle constitue une « opportunité pour échanger les expériences, discuter, et faire le point sur l’éthique et la recherche clinique ».

Ce séminaire vise, ajoute-t-il, à mieux faire connaitre cette dimension « l’éthique de la recherche », et à développer le dialogue et l’échange entre les différents acteurs de la recherche clinique », notamment entre les chercheurs, cliniciens, comité d’éthique, autorités de réglementation et les associations de défense des droits des malades.

Pour sa part, le Coordonnateur Résident des Nations-Unies en Algérie, M. Alejandro Alvarez a tenu à souligner, dans son intervention, que l’impact de la pandémie de la Covid-19 « a démontré largement l’ampleur de la connexion entre la santé et le développement social et économique », affirmant que le développement de la recherche clinique est une priorité pour l’ONU.

Le représentant de l’ONU en Algérie a indiqué que la vocation du système des Nations-Unies « est celle d’appuyer le Gouvernement algérien à travers la fourniture d’expertise pour faciliter l’adoption des outils, des normes et des standards en matière d’éthique ».

La ministre de la Culture et des Arts, Mme Souraya Mouloudji, le représentant de l’OMS en Algérie, et le représentant du programme « ONUSIDA » , étaient également présents à cette rencontre.

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

19 − sept =

Bouton retour en haut de la page