NATIONAL

Le régime constitutionnel et le droit algérien accordent à l’enfant une place particulière

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a affirmé dimanche que le régime constitutionnel et le droit algérien accordaient à l’enfant « une place particulière et privilégiée », précisant que la dernière révision constitutionnelle « a consacré » le devoir de la famille et de l’Etat en matière de protection de cette catégorie.

Dans un communiqué rendu public à l’occasion de la célébration par l’Algérie de la Journée mondiale de l’enfance coïncidant avec le 20 novembre de chaque année, placée cette année sous le slogan « Un meilleur avenir pour les enfants », le CNDH a relevé « la place particulière et privilégiée qu’a toujours occupé l’enfant dans le régime constitutionnel et le droit algérien ».

L’Algérie a ratifié toutes les conventions internationales et régionales sur les droits et le bien-être de l’enfant. Elle a dans ce sens promulgué la loi N 15-12 du 15 juillet 2015 qui fixe les mécanismes et mesures de protection de l’enfant pour que ses droits  deviennent une réalité palpable et non pas un slogan scandé à chaque évènement, a poursuivi le conseil.

Et de souligner que la dernière révision constitutionnelle « a consacré, à travers l’article 71, le devoir de la famille et de l’Etat en matière de protection de l’enfant et a amené l’Etat à lutter contre toutes formes de violence faite aux enfants et à faire de l’intérêt suprême de l’enfant le seul critère qui dirige et oriente toutes les mesures et politiques relatives à l’enfance ».

A cette occasion, le CNDH a appelé « les institutions de l’Etat, les associations de la société civile, le secteur privé et les citoyens à consentir davantage d’efforts en vue de renforcer la protection et la promotion des droits de l’enfant ».

Il a appelé à lutter « contre toute forme de violence contre les enfants et à faire face à la déperdition scolaire et au phénomène de la drogue et des psychotropes ». Il est question aussi de protéger les enfants des retombées néfastes de l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux tout en s’employant à ancrer le patriotisme en eux pour défendre la patrie à tout moment et en toute circonstance.

Le CNDH a exhorté à l’accélération de la promulgation des textes réglementaires relatifs à la loi 15-12 relative à la protection de l’enfant.

Pour concrétiser ces objectifs, les enfants « ont besoin d’un enseignement de qualité, d’une prise en charge solide, de politiques de loisirs et d’une culture leur permettant d’éclore leurs compétences et savoir-faire », a-t-il recommandé.

La Journée mondiale de l’enfance a été créée en 1954 par l’Assemblée générale des Nations unies afin de promouvoir le respect et les droits des enfants.

L’Assemblée générale onusienne a adopté « la Déclaration des droits de l’enfant » en 1959 et la « Convention relative aux droits de l’enfant » en 1989 à laquelle l’Algérie s’est adhérée le 19 décembre 1992.

Depuis 1990, la Journée mondiale de l’enfance marque également l’anniversaire de l’adoption de la Déclaration et de la Convention relatives aux droits de l’enfant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

17 − quatorze =

Bouton retour en haut de la page