ECONOMIEINFO

Sonatrach signe des protocole d’accords avec des différentes compagnies

La Compagnie Algérienne des hydrocarbures SONATRACH et le groupe Chinois CITIC construction ont signé à Alger un avenant au protocole d’accord relatif au projet intégré de production de phosphate en Algérie, conclu en 2018.

La signature de cet avenant, qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite des discussions sur ce projet important, a eu lieu mardi au siège de la Direction Générale de Sonatrach (Alger), en présence du PDG de la compagnie nationale, M.Kamel Eddine Chikhi, a indique le groupe dans son dernier bulletin interne.

A cette occasion, M. Chikhi “n’a pas manqué de rappeler l’importance stratégique de ce projet en insistant sur la nécessité du respect des délais dans l’accomplissement de ses différentes phases”, selon la même source.

Les deux groupes avaient conclu, le 26 novembre 2018, un accord qui précise les termes de référence relatifs au développement d’un partenariat à travers la création, en Algérie, d’une société conjointe pour la réalisation de ce grand projet.

A rappeler que ce Le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et de gaz naturel, dont la partie algérienne détient 51% contre 49% pour la partie chinoise, est réparti entre le gisement de Bled El-Hadba dans la wilaya de Tebessa (Est d’Algérie), sur 2045 hectares, la plateforme de Oued Kebrit à Souk Ahras, s’étendant sur 1484 ha , celle de Hadjar Essoud à Skikda, sur 149 ha et enfin le port de Annaba sur 42 ha.

Mobilisant un volume d’investissement de six (6) milliards de dollars, le complexe de phosphate dont la mise en exploitation est prévu en 2022, devrait créer 3.000 postes d’emplois directs alors que ses chantiers de réalisation à travers les quatre wilayas assureront 14.000 postes d’emploi indirects.

Sonatrach a signé aussi  à Alger un contrat avec un groupement composé de Tecnicas Reunidas (Espagne) et Samsung Engineering(Corée du Sud) pour la réalisation d’une raffinerie de pétrole au niveau de Haoud El Hamra à Hassi Messaoud.

Ce contrat, d’un montant de 440 milliards de DA (quelque 3,7 milliards de dollars), porte sur la réalisation d’une raffinerie de pétrole brut à conversion profonde d’une capacité de 5 millions de tonnes/an.

Le marché a été conclu suite à un appel d’offres lancé par Sonatrach en 2017.

Sur dix-huit (18) compagnies ayant retiré le cahier des charges relatif à cette offre, sept (7) ont soumissionné dont quatre (4) ont été retenues en mai 2018, rappelle la même source.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer