INFONATIONAL

Risques majeurs : Le général de Corps d’Armée Chanegriha appelle à l’adoption de méthodes modernes

Le général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a appelé lundi à Alger, à adopter des méthodes et procédés scientifiques modernes face à l’accroissement des risques majeurs et des catastrophes naturelles, à même de permettre l’élaboration d’études prospectives et la mise en place de mécanismes visant à renforcer la coopération entre les différentes institutions concernées par la gestion des catastrophes.

Dans une allocution d’ouverture des travaux du séminaire national intitulé « La prévention et la gestion des risques majeurs: pour un renforcement de la coopération civilo-militaire », organisé au Cercle National de l’Armée, le général de Corps d’Armée a souligné que l’organisation de ce séminaire constitue une opportunité pour mettre en lumière les différents aspects des risques majeurs et des catastrophes naturelles, ainsi que leurs impacts négatifs et désastreux, sur fond de l’accroissement inédit des catastrophes à travers le monde.

Ce constat interpelle les acteurs concernés pour adopter des méthodes et procédés scientifiques modernes à même de permettre l’élaboration d’études prospectives et la mise en place de mécanismes visant à renforcer la coopération entre les différentes institutions concernées par la gestion des catastrophes, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

« A l’entame de cette allocution d’ouverture, je tiens à vous souhaiter, mesdames et messieurs, ici présents, la bienvenue et à vous remercier d’avoir honoré notre invitation pour assister à ce séminaire, organisé par le ministère de la Défense nationale, sous le thème: +La Prévention et la Gestion des Risques Majeurs: pour un renforcement de la coopération civilo-militaire+ », a affirmé le général de corps d’armée lors de cette allocution, suivie par les cadres et personnels de l’ANP à travers les Commandements de Forces, les Régions militaires et les grandes Unités.

Il a relevé que « ce séminaire se veut être une occasion pour mettre en lumière les différents aspects des risques majeurs et des catastrophes naturelles, ainsi que leurs impacts négatifs et désastreux, mettant en péril l’existence des êtres humains, leurs modes de vie, ainsi que l’écosystème, d’autant que nous assistons, dernièrement, à un accroissement inédit des catastrophes à travers le monde, aussi bien en nombre qu’en intensité, ce qui constitue un véritable obstacle au développement durable ».

A ce titre, a-t-il poursuivi, « l’accroissement de ces catastrophes et leur effet sur les personnes et les biens, en sus des enseignements tirés des catastrophes précédentes, nous interpellent tous, aujourd’hui, afin d’adopter impérativement des méthodes et des précédés scientifiques modernes, qui nous permettre d’effectuer des études prospectives sur la base desquelles seront mis en place des mécanismes visant à renforcer la coopération entre les institutions concernées par la gestion des catastrophes, notamment s’agissant de l’actualisation continue des plans d’intervention en cas de catastrophes, en coordination avec les intervenants dans le Plan d’organisation des secours +ORSEC+, la responsabilité étant partagée par tous ».

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

nineteen − 18 =

Bouton retour en haut de la page