NATIONAL

Services agricoles: renforcer le système statistique

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, a mis en avant jeudi à Alger l’importance de renforcer le système statistique et de concrétiser la numérisation dans le cadre du développement des services agricoles.

Lors d’une rencontre d’évaluation avec les directeurs des services agricoles et des conservateurs des forêts sur la campagne agricole 2021-2022, M. Henni a expliqué que le système statistique constituait « un outil important pour la prise de décision », soulignant l’importance de sa consolidation au niveau des services locaux.

Il a également mis l’accent sur l’impératif de « créer un nouveau système de collecte d’informations et de renforcement des capacités humaines outre la concrétisation des opérations de numérisation dans le cadre du développement des services agricoles publics ».

Le ministre a appelé les directeurs présents à cette réunion de travail à un « suivi réel » du déroulement des campagnes agricoles pour cette année notamment la campagne labour-semailles, insistant dans ce sens, sur la réussite de cette campagne en sus de l’intensification des activités de sensibilisation et d’orientation au profit de producteurs.

A ce propos, M. Henni a exhorté les directeurs à « se rapprocher concrètement et constamment du terrain pour résoudre les problèmes entravant l’activité des producteurs et atténuer les restrictions bureaucratiques tout en facilitant les procédures administratives dans l’objectif de les adapter aux exigences des fellahs et des investisseurs ».

Par ailleurs, le ministre a rappelé que la consécration d’une base de production pour le développement rural était fondée sur « la mise en œuvre des textes législatifs et réglementaires en œuvrant à la facilitation de l’obtention du foncier agricole afin de booster l’investissement et de rationnaliser l’utilisation de l’eau via des systèmes d’économie d’eau et l’irrigation complémentaire, outre la généralisation du système informatique, la numérisation et la lutte contre la bureaucratie à travers la facilitation des procédures administratives ».

Il a mis l’accent sur la nécessité d’œuvrer à développer les produits stratégiques, notamment les céréales et le lait qui pèsent sur la balance commerciale », relevant l’importance de soutenir et promouvoir la production de légumineuses sèches, d’oléagineux et de fourrages, dont le maïs et la betterave.

Concernant les contrats de performance, le ministre a réaffirmé l’importance de l’élaboration, l’évaluation et la concrétisation de ses objectifs annuels et du suivi de ces contrats à travers l’élaboration de bilans périodiques en coordination avec les services centraux.

Il a précisé que les programmes établis dont le secteur de l’agriculture et du développement rural oeuvre à concrétiser visent à « réaliser la sécurité alimentaire afin de satisfaire les besoins nationaux, contribuer à la croissance économique et réduire les importations ainsi que la création de nouveaux accès aux marchés internationaux pour les exportations et nouveaux postes d’emploi et le soutien de l’investissement, notamment en faveur des jeunes et des petites entreprises ».

Il a également évoqué les efforts actuels du secteur « visant notamment à réunir tous les facteurs de développement socioéconomique, conformément aux instructions du président de la République de faire de 2022 une année économique par excellence où le secteur aspire à promouvoir les développements agricole et rural durables.

A cette occasion, M. Henni a salué les acquis réalisés grâce aux « efforts colossaux » consentis par les agriculteurs, les éleveurs et l’ensemble des professionnels et partenaires sociaux en dépit des conditions difficiles traversées par notre pays et tous les pays du monde du fait de la pandémie de Covid-19 mais aussi les conditions métrologiques difficiles ces dernières années (manque de pluviosité et sécheresse).

Il a également rappelé le « rôle efficace » du secteur dans l’accompagnement et le soutien des agriculteurs et des éleveurs durant ces conjonctures à travers des incitations et des subventions allouées par l’Etat en vue de promouvoir, développer et soutenir les acteurs du secteur agricole. »

Par ailleurs, il a appelé les responsables à « accélérer la prise de toutes les mesures nécessaires pour la mise en oeuvre sur terrain du plan d’action du projet du barrage, outre la coordination avec toutes les instances concernées et l’installation, dans les plus brefs délais, de tous les organismes chargés du suivi de ce projet vital ».

Il a appelé également la direction générale et les services de la conservation des forêts à la concrétisation des activités du plan de reboisement visant l’élargissement du couvert forestier et végétal, la protection des écosystèmes et le reboisement des zones touchées par les incendies et autres, et ce, à travers la prise de toutes les mesures financières et humaines pour sa mise en œuvre sur terrain.

Il s’agit également de l’accélération de la finalisation des opérations d’indemnisation en veillant au suivi de ce dossier afin de permettre aux personnes touchées d’effectuer leurs activités dans des conditions propices.

Le ministre a plaidé également pour le développement de l’économie forestière de manière adaptée aux capacités existantes en veillant à la préservation et au renforcement de cette richesse, soulignant les potentialités importantes des forêts, étant, a-t-il dit, une ressource importante pour la stimulation de l’investissement, notamment en ce qui concerne la production du liège, du bois, des plantes médicinales et aromatiques.

Cette rencontre s’est déroulée en présence des cadres centraux, des directeurs des services agricoles, des conservateurs des forêts de 58 wilayas, des directeurs des groupes économiques, du Secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) et de chercheurs spécialisés dans certaines cultures stratégiques.

Outre l’évaluation des indicateurs de développement spécifiques aux différents programmes tracés dans le cadre des contrats d’efficacité, la directrice générale du barrage vert a présenté, lors de cette rencontre, le bilan des réalisations relatives au réaménagement du barrage vert et les perspectives de son développement.

Il a été procédé également à l’examen de la question de développement des filières stratégiques et le renforcement du système de régulation des produits agricoles à large consommation, outre l’évaluation de l’opération labour-semailles pour l’exercice 2021-2022 et la présentation du rôle de l’Office de développement de l’agriculture industrielle en terres sahariennes (ODAS).

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 × 4 =

Bouton retour en haut de la page